La force et le courage

Publié le par Zazouille

Mardi 16 décembre 2008, 21h00 – Copenhague, Danemark

Je n’arrive pas à y croire. Je n’y crois pas. Je ne veux pas m’y résoudre. La PMA n’a décidément aucune logique, n’offre aucune certitude, nous laisse seul face aux doutes et aux résultats.

Plus d’un an d’essais naturels infructueux, cela se comprend – surtout quand on apprend par la suite qu’on a un problème qui vient contrecarrer les plans d’un bébé « naturel ».

6 stimulations simples, qui doivent résoudre ce problème, nous donner autant de chances et mêmes plus de chances qu’un couple « valide » pour concevoir ce bébé tant désiré. Même si au bout de quelques mois, on nous laisse deviner que ce type de solution ne constitue pas un pare-feu à tous nos problèmes.

Et puis 3 inséminations qui, au vue de la qualité du sperm de mon zhom et de mon problème d’OPK, nous sont présentées comme LA solution miracle. Aucun doute, toutes les statistiques jouent en notre faveur, la science également : les inséminations vont faire tomber tous les barrages qui pouvaient encore résister entre nous et notre futur bébé. La fin est là, toute proche, on nous la promet presque. Il ne nous reste plus qu’à nous plier aux traitements et procédures bien lourds et contraignants tout en faisant une confiance aveugle au médecin.

Alors on continue à y croire, on se dit que cette fois-ci, c’est la bonne. Et même si on a pris beaucoup plus de recul que l’année précédente, c’est l’espoir qui a chaque fois nous fait continuer, nous fait supporter tout le parcours. On essaie de ne pas se poser de questions – on ferme les yeux et on avance. On attend courageusement le résultat positif qu’on nous a fait miroiter.

Et c’est dans une course effrénée qu’on se retrouve embarqué. Mais après quoi court-on ? A quoi tout cela rime-t-il ? Ne sommes-nous pas entrain de sacrifier notre santé pour la réalisation d’un rêve ? Qui nous garantie que tous ces traitements ne nous font aucun mal – mais surtout : qui nous garantie un résultat ? Toujours cette éternelle question du résultat qui n’est pas une obligation pour nos chers médecins AMP.

Cet enfant, je/nous le voulons plus que tout et, sans nous poser aucune question (parce que cela nous parait évident), nous poursuivons notre parcours avec cet espoir qui chaque jour nous sert le cœur et nous fait avancer. Mais nous voilà à la moitié de ce parcours. Si on veut rester positif, on peut se dire que pour la première fois en plus de 2 ans, nous n’avons jamais été aussi proches du but. 3 IAC, 6 FIV, voici le parcours qu’il nous reste à accomplir dans le pire des cas et qui ne devrait prendre plus de 2 ans.

La moitié donc.

Si on est négatif, on peut se dire qu’on n’aura jamais la force d’aller plus loin, de continuer les traitements, de nous battre pour un rêve que nous ne sommes pas sûrs d’atteindre un jour, d’entamer des procédures beaucoup plus lourdes pour le corps et l’esprit.

Je suis quelqu’un de positive et je suis convaincue que l’issue heureuse de notre parcours est proche, très proche – même si pour l’instant, aucune tentative ne nous a prouvé que j’ai raison. Parallèlement à ça, je ne cesse de me demander où je trouve la force et le courage.

La force et le courage de me piquer le ventre chaque soir, la force et le courage d’aller faire mes prises de sang et mes échos pelviennes. La force et le courage de me lever tous les matins pour suivre les traitements, sans jamais me poser aucune question, sans jamais remettre en cause le système, sans jamais ne pas y croire. La force et le courage de recommencer à chaque fois avec le même espoir, la même idée que cette fois-ci, ça peut être la bonne et rien que pour ça, ça vaut le coup d’essayer.

Je ne sais pas où je trouve cette force et ce courage. Mais une chose est sûre : il ne faudrait pas que je les perde. Je ne saurais pas où les rechercher.

Hier, j’ai fait un test : le Elle Test. Parce que j’ai eu envie de le faire, 5 min après m’être levée. Parce qu’il était là de toute façon et que c’était tellement facile. Parce que mon chéri n’était pas loin de moi et que j’avais envie de lui dire le résultat dans les yeux, quel qu’il soit. Et c’est donc dans les yeux que je lui ai dit que ce test, que j’ai fait à 13dpo, était négatif, qu’aucune petite barre rose n’était apparue dans la fenêtre test.

C’était tôt, c’est sûr. Il reste donc une étape, avant de tourner la page de cette IAC3 : refaire un test en fin de semaine. Si jamais il s’avérait positif, c’est avec empressement que je reprendrais les ovules de progestérone. Parce qu’une petite semaine sans ces fameux ovules, cela signifie un risque de fausse couche accru. Si jamais il confirme le résultat négatif, alors on essayera d’être positif, de se dire qu’on n’a jamais été aussi proche du but, que le plus dur est derrière nous.

Et je prierai pour garder ma force et mon courage, pour la 4ième, la 5ième, peut-être la 6ième IAC. Et surtout, je prierai pour ne jamais avoir à aller plus loin.

Publié dans Inséminations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
Bon ben on va attendre le prochain test en espérant que le père Noël a un + dans sa hotte... au Danemark, tu te rapproches un peu du pays de père Noël non ?<br /> Courage (et ça, t'en a plein !) et bizzz
Répondre
T
Courage!!il faut attendre la fin de la semaine c'est encore trop tôt!garde toutes tes forces au cas ou il y est une prochaine fois bizz
Répondre
A
Ne perd pas espoir, c'est peut être encore trop tôt et les tests pipis pas toujours fiables ! continu le traitement jusqu'à la prise de sang, ça ne côute pas grand chose. <br /> En revanche, je suis dég par rapport au commentaire de Céline ! 3 Fiv c'est tout !!! ben voilà on coûte trop cher à la CPAM c'est ça ? ou c'est une question pour la santé ? j'aimerai bien connaître la raison ! <br /> Courage et force ! Bisous
Répondre
C
Aucuns mots ne pourra t'atteindre ... mais du courage tu en à revendre j'en suis certaine !<br /> Et puis tu sais que demain est un prochain jour.<br /> Gros bisous toutes mes pensées.<br /> CC
Répondre
G
En effet tu es courageuse, et continue à puisser ton courage dans ton entourage, tu as raison, il ne faut surtout pas que tu le perde! Et que chaque jour qui passe te rapproche de ton objectif... En esperant voir une bonne nouvelle en fin de semaine!!
Répondre